``

NOUS ATTENDONS UN BÉBÉ !!!!

6 Comments


C'est incroyable, magique, bouleversant, nous venons de vivre les 5 mois les plus fous de notre vie... Et je n'y tiens plus, j'ai trop envie de partager notre bonheur !
Nous avons fait la moitié du chemin qui nous sépare de la rencontre avec notre tout-petit, et découvrons doucement tout ce que la grossesse implique dans le quotidien, la vie de couple.

Il y a d'abord l'annonce de l'existence de bébé, ces petits mots qu'on ose à peine dire car ils rendent les choses si réelles, ces regards qu'on leur préfère pour faire deviner l'évidence, ce câlin qui les suivent et les comprennent, et qui contient toute l'émotion du monde...

Il y a ce secret qu'on garde pendant quelques mois, ce petit trait d'union qui nous lie, d'abord gros comme un grain de sésame, puis comme un petit fruit rouge, ce petit être qui grandit si vite ! Le bonheur qu'on ne partage pas et qu'on savoure à deux, dans l'intimité de nos discussions.

Il y a ce jour où nos parents l'apprennent, ou l'enfant revêt une existence sociale, où sa vie déjà ne nous concerne plus exclusivement. Où l'on nous pose des questions, où l'on y répond, où nos yeux brillent quand on parle...

Il y a la première échographie, où l'on va à reculons car on ne comprend pas vraiment ce qui se passe : et ce moment où d'un coup il apparait sur l'écran, parfait, inattendu dans sa perfection humaine, avec ses petites mains, ses petits doigts, sa manière de bouger si semblable à la notre, avec ses petits mouvements dépourvus de maladresse, si vifs ! Il y a son coeur qui bat et qui envahit l'espace, il y a ces larmes qui coulent abondantes, imprévues, et cette vague d'émotion qui donne l'impression qu'elle revient sans cesse plus intensément. Et puis il y a cette certitude, qu'on aime déjà, et qu'on aimera toujours. 

Il y a le corps qui se transforme, les nouvelles habitudes, les nouvelles interrogations. Cette sensation de sécurité avec toi mon amour, et puis les frayeurs idiotes que je me fais et les peurs légitimes, mes plaintes et ta voix toujours pour apaiser mon âme. Il y a ton regard sur moi, changeant, naviguant dans les courants contraires de ton émerveillement, de ton inquiétude, de ton désir aussi.

Il y a nos coeurs qui battent à l'unisson. Il y a cet enfant qui tient un peu de toi, un peu de moi, et beaucoup de la folie du Bon Dieu, qui se tortille en moi, à l'intérieur de ma chair, à l'abris de ma chaleur, qui me rappelle sans cesse qu'il existe. Il y a ta main sur cette rondeur vivante, qui croit sentir, qui guette, et qui palpite. Il y a ta bouche sur la mienne, qui me dit ton bonheur.

Dimanche matin, en me levant pour rejoindre Terek qui prenait son petit dej, j'ai remarqué que mon ventre avait ENFIN décidé de ressembler à quelque chose... Alors j'ai vite pris cette petite photo, toute pleine de la tendresse de mon mari, et je vous la poste pour partager avec vous notre joie !









POPULAIRE

6 commentaires :